Menu

Pierre Orsini, dirigeant de masalledebain.com : « Innovation participative et travail d’équipe »

Vendredi 5 Octobre 2012

Art et Styles, négoce spécialiste des salles de bain depuis 1974, a fait le pari de l’e-commerce. De Biguglia à Ajaccio, en passant par Marseille et Paris, l’entreprise dirigée par Pierre Orsini a franchi la barrière de l’insularité avec un brillant succès. Originalité et exclusivité sont les maîtres-mots de cette dynamique structure soutenue à travers le Fonds Corse à l’innovation (FCI) que proposent conjointement l’Agence de Développement Economique de la Corse (ADEC) et OSEO.



Pierre Orsini, dirigeant de masalledebain.com : « Innovation participative et travail d’équipe »
Pierre Orsini, comment le site Internet masalledebain.com a-t-il vu le jour ?
Au cours des dix dernières années, le secteur d’activité relatif à la céramique et au sanitaire est devenu fortement concurrentiel. En 2004, lorsque nous avons décidé d’emboîter le pas vers le web, un magasin Leroy Merlin allait ouvrir ses portes à Furiani. Conscients que cette grande enseigne avait la possibilité de grappiller rapidement des parts de marché, notamment dans les catégories « économique » et « moyen de gamme », il nous est apparu opportun de renforcer le dispositif commercial de l’entreprise « Art et Styles », en y apportant un « plus ». À l’époque, près de 65% des produits que nous proposions étaient vendus sur catalogue. La voie d’Internet a ainsi été privilégiée pour être en phase avec les nouveaux modes de consommation et élargir notre zone de chalandise, au-delà du champ insulaire.
 
Quel a été votre parcours dans la mise en œuvre de ce projet ?
Ce fut un parcours laborieux. Nous sortions des sentiers battus, le e-commerce n’en était qu’à ses balbutiements. Il y a 7 ans, vendre des salles de bain sur la toile n’était pas monnaie courante. C’était même plutôt avant-gardiste et novateur. Il a d’abord été question de constituer une équipe à la hauteur des enjeux posés. Nous avons alors procédé au recrutement d’un webmaster et d’un infographiste, tous deux diplômés de l’Université de Corse. Il a fallu alors tout inventer au niveau de l’écriture du site. Ainsi la vitrine marchande de notre entreprise a-t-elle vu le jour, avec des avantages concurrentiels, par rapport à la vente traditionnelle en magasin. Exemple : des fiches produits et conseils détaillées. L’étape suivante a consisté pour nous en l’élaboration d’une véritable plateforme logistique initiée, dans un premier temps, sur nos fonds propres. Avant de nous essouffler quelque peu et de rechercher des aides au financement…
 
Vos démarches de recherche de financement ont-elles abouties efficacement ?
Les coûts en recherche et développement inhérents à notre structure étaient conséquents. D’autant que nous fonctionnions en autofinancement. En 2006, nous avons décidé de présenter le projet à OSEO et à l’ADEC qui proposaient, en appui des politiques nationales et régionales, de financer l'innovation en renforçant les fonds propres et l'assise financière des PME, sous la forme d'avances remboursables –à taux zéro ou bonifié– par le Fonds Corse à l'innovation (FCI). Il a tout d’abord été question de solliciter ce dispositif pour la mise en œuvre de la plateforme logistique, de vente et de services Internet. Puis, en 2010, pour le développement d'un logiciel d'agencement et de prévisualisation « 3D temps réel » de nos offres de produits, avec réalisation instantanée de devis en ligne. Cela nous a, en outre, permis de maintenir 5 embauches liées à la gestion technique et commerciale de « masalledebain.com ».
 
Le Fonds Corse à l’innovation est-il adapté à vos besoins ?
Le FCI s’est révélé être une solution tout à fait adaptée à nos besoins d’aide au financement d’activité. Sachant que pour financer du « développement virtuel », la majorité des banques sont plutôt réticentes. Car il s’agit, en général, de projets qui ne sont pas palpables. La garantie, en cas d’échec, est relativement réduite. Ce n’est pas comme dans l’immobilier où il s’agit d’un bien matériel et concret. L’Agence de Développement Economique de la Corse, en lien avec OSEO, a su faire preuve d’écoute et de réactivité quant à notre concept, pour nous permettre de le conforter et de le structurer davantage. Je pense, sans conteste, que nous pouvons parler d’innovation participative et d’un vrai travail d’équipe.
 
Quel développement envisagez-vous à présent pour le site Internet masalledebain.com ?
Aujourd’hui, notre structure rayonne au plan national, avec des magasins de Biguglia à Ajaccio, en passant par Marseille et Paris. En complément du développement du site web, nous envisageons d’implanter une dizaine d’enseignes « masalledebain.com » à travers la France. Sur Internet, il ne suffit pas d’être le plus compétitif en matière tarifaire, il faut également savoir apporter de l’originalité et de l’exclusivité à ses produits. Aussi, durant l’année 2012, nous avons lancé une nouvelle ligne de salles de bain très design, signée de la griffe d’une grande graphiste internationale, la colombienne Catalina Estrada. Nul doute que nous rééditerons l’expérience prochainement, en mettant à contribution d’autres designers de renom.

           



Suivez-nous